Marie Madeleine et le chiffre 7 (suite)

Publié le par Eloah

http://cosmobranche.free.fr/images/arbremap.jpg

L’édification de l'arbre de vie


Tout tourne là autour de 777, chiffre sacré sans doute par ce qu’il signifie par trois fois répétée le nombre de la spiritualité. On peut alors penser à une certaine perfection, une certaine sagesse, à Hermès trismégiste, par exemple, le trois fois grand, dont la légende veut que la pyramide de Kéops soit le tombeau… mais surtout à une divinité, une figure féminine à propos de laquelle je vais plus bas vous entretenir. Et, enfin, pour aller dans le sens de M. Douzet, quelques fois, 777 est associé au Christ en opposition un peu rapide au 666 apocalyptique. Certes, c’est le cas de le dire, le Christ est postérieur à l’anté-Christ mais numériquement. Il est 888 par la numérologie grecque, IESOUS donnant en effet : I+E+S+O+U+S=10 + 8 + 200 + 70 + 400 + 200 = 888.
888, c’est trois fois l’Infini, celui du Père, celui du Fils, celui du Saint-Esprit qui sont un.
Revenons à présent à 777 et interrogeons-nous. Il vient tout de suite, à l’esprit de l’ésotériste, le titre de l’ouvrage: « 777 and other qabalistic writings of Aleister Crowley » monumental ouvrage comportant d’érudites tables de correspondances guématriques soigneusement établies par le célèbre mage et occultiste anglais (1875-1947). A la rubrique « 777 » dudit ouvrage, on peut lire : « the flaming sword » soit l’épée enflammée qui sert à l’ange gardien du Paradis propre à interdire toute intrusion dans ce lieu primordial. Voici l’illustration symbolique et qabalistique de cette épée flamboyante tirée de l’enseignement de la Golden Dawn anglaise, épée qui dessine, on le remarque, un chemin sur l’arbre qabalistique dit arbre séphirotique car constitué de dix sphères ou séphires, cette épée se retrouve en franc-maçonnerie. Dans son « Livre des mensonges », Aleister Crowley écrit :


La voie de l’épée flamboyante

 


« Sept sont les voiles de la bayadère de son harem
Sept sont les noms, et sept sont les lampes auprès de Son lit.
Sept eunuques La gardent avec des épées tirées ;
Aucun homme ne peut L’approcher.
Dans Sa Coupe sont les sept flots du sang des Sept Esprits de Dieu.
Sept sont les têtes de la BETE [6*6 c’est bien connu] qu’Elle chevauche La tête d’un Ange, la tête d’un Saint, la tête d’un Poète, la tête d’une Femme Adultère, la tête d’un Homme Vaillant, la tête d’un Satyre et la tête d’un Lion Serpent.
Sept lettres possèdent Son nom le plus sacré ; et c’est
Il est le Sceau apposé sur l’anneau qu’Elle porte à l’Index : et il est le Sceau
Apposé sur les Tombes de ceux qu’Elle à tués.
La Sagesse est là. Que celui qui a la compréhension compte le Nombre de
Notre Dame ; car c’est le Nombre d’une Femme ; et Son Nombre est
Cent Cinquante Six. »

 

 

 

societe-perillos.com

Publié dans De fil en aiguilles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article